Envie de participer ?
Alors je marche...

Deux semaines déjà que la vie s’est mise en parenthèse.

Une éternité peut être pour certains, une nouvelle pause pour d’autres

et toujours ce regard porté vers demain, tout là haut vers un horizon encore illusoire

mais dont chacun fantasme, à mi-mot, pour que le rêve s’érige en réalité à sublimer.

Dans un coin de la pièce, je regarde avec tendresse,

des chaussures de randonnées encore crottées

de s’être abandonnées sur des chemins de traverse.

Un sac à dos en errance qui attend le cri strident du sifflet de détresse

pour qu’un souffle prometteur lui emplisse le corps du fardeau d’un baroudeur.

Et, toutes ces petites attentions qui fourmillent d’impatience à être croquées

par de sensuelles bouches avides de plaisirs gustatifs.

Que dire de ces bâtons en perdition qui n’ont plus la force d’affronter le néant d’une

randonnée sans nom, arc-boutés par le poids de ces aînés à accompagner,

sans faillir, vers de nouvelles destinées.

Je scrute, comme un enfant qui s’émerveille de la vie, la flamboyance de ce soir d’un automne

estival sur des Pyrénées noyées par une fin de jour couleur écarlate.

L’horizon se fait dentelle pour m’offrir un ciel ciselé d’ombres et de lumières éphémères et…

je m’évade, tandis que s’anime en moi un plaisir inavouable de nouvelles conquêtes pédestres.

Le parfum du sous bois livrant ses effluves champêtres,

le souffle matinal de la brise légère effeuillant le moucharabié d’une forêt verdoyante,

le chant d’un ru surgissant de nulle part,

le murmure de tous ces hôtes des chemins de découvertes,

se plongeant dans un mutisme bienveillant

lorsque le pas invasif des marcheurs trouble la quiétude des lieux.

Et je marche, armé de tous ces souvenirs en bandoulière,

Je marche pour ne pas oublier, ne pas regretter et m’enivrer du désir de demain,

de ce temps d’après, comme il se dit communément depuis le confinement.   

Le démon qui nous guette à l’orée d’une si bucolique clairière,

n’aura pas raison de notre détermination.

Ne pas oublier, ne pas regretter, penser à demain,

Alors je marche...alors je marche…alors je marche…

Ne pas oublier, ne pas regretter, penser à demain,

Alors… c’était hier mais c’est déjà demain.


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.